DICAMES logo

Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : https://hdl.handle.net/20.500.12177/2178
Titre: Approche agroécologique en contexte forestier: cas des villages Bella, Dikobé et Bidou 1 dans la Région du Sud au Cameroun
Auteur(s): Kenne, G.F.
Mpeck Nyemeck, M.L.
Ngo Makak, R.
Njombissie Petcheu, I.C.
Tchindjang, M.
Voundi, E.
Kamga Fogue, A.
Mots-clés: Agriculture itinérante sur brûlis
agroécologie
Cameroun
dégradation des terres et des forêts
Lokoundjé
Région du Sud
Date de publication: 15-oct-2020
Editeur: Reseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d'Afrique Centrale (RIFFEAC)
Résumé: L'agro-écologie, terme désignant les pratiques agricoles qui lient l'agronomie (science de l'agriculture) et l'écologie (science de l'environnement), est une façon de concevoir des systèmes de production qui s’appuient sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Elle les amplifie tout en visant à diminuer les pressions sur l’environnement (ex : réduire les émissions de gaz à effet de serre, limiter le recours aux produits phytosanitaires) et à préserver les ressources naturelles. Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement. Face à la dégradation grandissante des terres et des forêts dues aux pressions anthropiques, l’agroécologie apparaît comme une solution visant à adopter des pratiques qui tiennent compte des équilibres de la nature et des services qu'elle rend. Elle optimise et stabilise les rendements agricoles tout en jouant un rôle multifonctionnel pour l’agriculture durable et la préservation de l’environnement. Toutefois, sa diffusion auprès des populations rurales n’est pas toujours aisée. En tant qu’innovation dans le contexte forestier, sa mise en application dans les villages Bella, Dikobé et Bidou 1 de la commune de la Lokoundjé, bouleverse les pratiques traditionnelles et préside à des appréciations différenciées des acteurs villageois. Le présent article se propose d’analyser ces pratiques traditionnelles, afin de trouver un modèle agricole adapté au contexte des communautés cibles, avec un ancrage sur l’agroécologie. L’étude interpelle les théories de changement social et de gestion des biens communs. L’approche scientifique adoptée, repose sur une revue de la littérature, la création des parcelles expérimentales dans les trois villages, des focus groups, des entretiens avec des personnes ressources, des observations directes et participatives des pratiques agricoles des trois communautés et enfin la sensibilisation des paysans. Les résultats montrent que l’activité agricole est dominée par l’agriculture itinérante sur brûlis, pratiquée par 94% de la population enquêtée. Les impacts négatifs de cette pratique résident dans l’usage du feu de façon non contrôlée et la réduction des périodes de jachère. Face à ces constats et eu égard à la sensibilisation les populations sont attentives et réceptives à la présentation de l’approche agroécologique, mais restent réticentes quant à sa mise en pratique. Cette réticence est essentiellement liée au manque de moyens financiers et les exigences inhérentes aux pratiques agroécologiques. Pour pallier à cette situation, des mesures telles que, l’appui à la création des associations et l’accompagnement d’initiatives pilotes individuelles ont été expérimentées.
Pagination / Nombre de pages: 35-48
URI/URL: https://dicames.online/jspui/handle/20.500.12177/2178
Autre(s) identifiant(s): https://doi.org/10.5281/zenodo.4044076
Collection(s) :Articles publiés dans des revues à comité scientifique

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
Art. Kenne G. et al. pp35-48 RSTFEBC_ISSN 2409-1693_eISSN 2412-3005_-RIFFEAC-Volume 15.pdf3.69 MBAdobe PDFMiniature
Voir/Ouvrir


Tous les documents du DICAMES sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.