Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://savoirs.cames.online/jspui/handle/123456789/764
Titre: Etude moléculaire des mutations du codon 108 du gène DHFR de 64 isolats de plasmodium falciparum d'enfants malades à Bobo-Dioulasso
Auteur(s): Coulibaly, Sheick Oumar
Koné, Moussa
Mots-clés: Plasmodium falciparum
ADN
Médicaments antipalustres
Bobo-dioulasso
Résumé: Nous avons étudié les mutations du codon 108 du gène DHFR de Plasmodiurn faciparum conférant la résistance aux antifolates (Pyriméthamine et Proguanil/Cycloguanil) de 64 isolats provenant d'enfants malades, résidents de la ville de Bobo-Dioulasso. Deux méthodes de mise en évidence des mutations ont été utilisées. La première a été une PCR double faisant succéder à l'amplification du gène DHFR de Plasmodium falciparum une amplification mutation - dépendante à l'aide d'amorces spécifiques. La seconde méthode a été une digestion par des enzymes de restriction mutation - dépendante du gène DHFR obtenue après une première amplification. L'amplification du gène DHFR de Plasmodium falciparum de tous les prélèvements du premier jour (Jo) a été concluante de même que celle des i me (n=3) et 14ème jour (n=3) pour lesquelles la GE était positive. Les résultats de l'amplification du gène DHFR de Plasmodium faciparum sont en concordance avec ceux de la GE traduisant la grande fiabilité de cette méthode. Par contre des divergences sont apparues entre les résultats des deux méthodes. Une plus forte proportion de sous-populations résistantes aux deux composés a été constatée avec la PCR double (91, 4% des isolats de Jo comportaient des sous-populations [Pyr]R, et 84,5% de sous-populations [Prog] R. Cette proportion est plus faible avec la méthode de la digestion enzymatique. Des isolats de Jo, seuls 6 (10%) comportaient des sous-populations [Pyr]R , aucun ne comportait de sous-populations [Prog]R tandis que 52 soit 90% comportaient des sous-populations exclusivement sensibles [S]. Cependant l'absence d'une méthode standard de contrôle n'a pas permis de départager les deux méthodes. La méthode de la digestion enzymatique nous paraît néanmoins plus fiable.
URI/URL: http://savoirs.cames.online/jspui/handle/123456789/764
Collection(s) :Mémoires soutenus

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
CS_06505.pdf2,32 MBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.